Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl et plus récemment Fukushima témoignent de l’extrême dangerosité d’une attaque ou d’un accident nucléaire. Et bien que l’on fasse la promotion de la réduction de leur stock nucléaire par les grandes puissances, le risque d’un tel phénomène est réel vu la prolongation des divergences Est-Ouest. D’où la nécessité de s’y préparer.

Vidéo de la conférence TED : comment survivre à une attaque nucléaire

Vous pouvez consulter le résumé ci-dessous ou visualiser l’intégralité de la vidéo TED avec sous-titres

Nous avions déjà évoqué cette vidéo dans l’article suivant, plus complet. Mais elle mérite bien à elle seule un article dédié.

Le 1er reflexe : ne pas s’exposer aux flashes

Les auteurs d’une telle attaque ne vous préviendront pas avant de larguer une ou plusieurs bombes nucléaires. Aucune forme de précaution contre ce phénomène ne peut donc être prise. De même, si vous êtes informé qu’une bombe nucléaire a été lâchée près de la zone où vous vous trouvez, ne cherchez pas à savoir où elle va tomber. Le flash des radiations pourrait être en effet la dernière chose que vous pourriez voir. Ses effets sur la rétine sont en effet désastreux. La première chose à faire est donc de vous mettre à l’abri de ces lumières, en vous jetant au sol, par exemple. Utilisez les éléments qui vous entourent pour protéger votre visage, votre bouche et vos oreilles. Les bruits pourront ne pas épargner votre audition si vous continuez à les supporter plusieurs minutes d’affilée.

Votre premier « abri » anti-nucléaire ne devra pas se trouver près des vitres ou près d’autres éléments pouvant être une source de blessure. Votre mur peut d’ailleurs ne pas vous protéger s’il n’est pas en béton.

(INSCRIPTIONRappel rapide : Je propose régulièrement des articles Bushcraft, Matos et self defense. Si tu es intéressé, inscris-toi maintenant en CLIQUANT ICI.)
--

 Les radiations et la retombée du nuage nucléaire peuvent vous atteindre.

Le second réflexe : la fuite

La fin de l’explosion nucléaire marque le début de l’étape marathon. Elle ne signifie pas que vous êtes à l’abri des dangers. Les radiations et la retombée du nuage nucléaire peuvent encore vous atteindre. Si vous vous trouvez près d’un abri anti-nucléaire, d’un abri souterrain ou d’un bunker, vous pourrez choisir de vous y abriter durant 2 ou 3 jours au minimum. Sinon, vous pourrez également vous abriter à partir du 10e étage d’un building. Mais avant de vous y réfugier, assurez-vous de la solidité du bâtiment dans laquelle vous allez vous réfugier.

Si aucun abri n’est disponible dans votre environnement immédiat, poursuivez votre marathon en vous dirigeant dans le sens du vent ou perpendiculairement à lui, toujours en restant dos à la zone d’impact. Pour votre santé pulmonaire, une respiration sous un tissu est fortement conseillée. Vous devriez d’ailleurs continuer à protéger votre peau, votre nez et votre visage durant votre fuite.

En dehors de la zone de danger immédiat, vous devriez le plus rapidement possible vous décontaminer. Commencez par retirer vos vêtements et vous doucher. Après une désinfection du lieu, demandez de l’iode dans l’attente d’un soin médical.

Si vous êtes vraiment intéressé, Amazon propose des compteurs Geiger dès 150 €. Le Radex RD 1503 (200 € environ) semble même plébiscité.

Compteurs Geiger sur Amazon

 

face à une attaque nucléraire, un mur en beton peut vous protéger.

Le troisième réflexe : la recherche d’une terre d’accueil

Comment peut-on rester dans un pays qui est source d’un traumatisme à vie ? Vous êtes en quête d’un pays où il n’y a aucun ou peu de risque d’attaque nucléaire ? Vous aurez, en première option, les pays neutres. Si l’on était à l’époque de la Seconde Guerre mondiale et les années qui l’ont suivie, on vous aurait sûrement recommandé la Suisse. Mais cette dernière est devenue depuis quelque temps le terrain le plus privilégié des dictateurs et des blanchisseurs d’argent. Le pays n’est plus aussi rassurant qu’il n’en a l’air. Il est devancé de loin par l’Argentine et de nombreux autres pays d’Amérique du Sud. Mais qui dit qu’il n’y pas d’arsenal nucléaire chez les membres des mafias sud-américains, un arsenal qu’ils sont prêts à utiliser en cas de conflit majeur ?… Sur la terre, il n’y a d’autres meilleurs endroits pour être à l’abri d’une guerre ou d’une attaque nucléaire que l’Antarctique. Ce continent du sud du globe n’abrite en effet que quelques scientifiques paisibles et d’autres créatures non redoutables. Et si une guerre nucléaire venait à détruire toute la terre ? Dans ce cas-là, voici un meilleur conseil pour vous : devenez astronaute. Mais là aussi, d’autres épreuves de survie vous attendent surtout après l’épuisement de vos paquets de vivres. Bonne chance !

IMPORTANT !!!
En ce moment, les articles sont publiés sans programmation.
Pour ne pas louper le prochain sujet "bushcraft", self défense ou survie
je te suggère de t'inscrire immédiatement :

Qui sait, ma newsletter te sauvera peut-être la vie ;-)

_____________