COUTEAU de SURVIE : comment l’utiliser et le choisir

Ce premier article invité nous est proposé par Maximilien Debrus (du site almecia.fr), spécialisé dans les armes blanches et médiévales, qui partage avec nous ses connaissances du sujet et son expérience.

couteau pliant et survieComment survivre dans la nature sans un bon équipement ?

La question est posée. Afin d’affronter au mieux les dangers de la nature, il faut être équipé d’un minimum de matériel : de quoi faire du feu, un bon couteau, une glacière pleine de bières fraiches (ou de rosé pour ceux qui veulent) et une grille de Barbecue. Pour des raisons qui semblent encore un peu mystérieuses, seuls les deux premiers éléments sont vitaux. Personnellement, je ne sors jamais sans ma glacière et ma grille de barbecue… mais on a tendance à me faire des remarques désobligeantes sur mes méthodes de survie.

Une fois perdu en pleine nature, avoir de quoi faire du feu est essentiel, d’abord pour se réchauffer, éloigner les vilaines bêtes durant la nuit (je ne parle pas des écureuils mutants, chacun sait qu’ils ne craignent pas le feu) faire cuire ses aliments et bouillir l’eau que l’on peut trouver afin d’éliminer les parasites. (Important ca, je vous mets au défi de crapahuter des heures avec une dysenterie.) Une pierre à feu est une excellente solution, il est toutefois important de la garder au sec. Mais pour faire du feu, il faut évidement du bois, et pour couper du bois, un bon couteau est nécessaire.

Nous allons nous concentrer sur les différents types de couteaux utiles pour la survie. La première chose importante lors du choix, c’est de prendre un couteau avec un étui rigide, de préférence bien épais. Il serait quand même dommage, une fois en pleine nature, de faire une chute et de se retrouver avec son propre couteau enfoncé dans la cuisse. Mais je dis ca…. La seconde possibilité est le couteau pliant, mais cela limite fortement la taille de la lame. On dit souvent que ce n’est pas la taille qui compte, pour ce cas précis, je n’y crois pas !

Cet élément indispensable à la survie en milieu hostile (pour couper l’emballage récalcitrant du gouter par exemple) peut être classé en fonction de son nombre de fonctionnalités.

Couteau de chasse

Tout en bas de l’échelle nous avons le couteau de chasse simple, pas de gadgets. Sa lame imposante permet tout de même quelques travaux mais son utilisation reste toutefois moins pratique puisque dépourvue de crans. La solution simple et basique à employer ici est de se munir d’une pierre ou d’une branche et de taper sur l’arrière de la lame afin de tailler dans le bois.

Couteau militaire

lame crantee survieEnsuite nous avons le couteau type militaire, lame plus évoluée que le simple couteau de chasse, généralement crantée sur le dessus ce qui permet de couper des branches sans avoir à fournir un effort considérable (n’espérez pas quand même abattre un arbre avec).

Couteau de survie

Enfin, en haut de l’échelle nous avons les couteaux de survie par excellence, comprenant tout un tas de gadgets : boussole, fil de pêche, miroir et même lance pierre (ndlr : Tu es sûr de toi là dessus Maximilien ? :-D ). Ils sont extrêmement pratiques de par leurs multiples fonctionnalités. Mais ne misez pas tout sur cet outil : n’oubliez pas que si vous le perdez, vous n’avez plus rien, il est donc quand même recommandé d’avoir une boussole ou de quoi pêcher à coté, sauf si vous savez pêcher à main nue bien sûr.

Couteau de survie

Lors de votre achat, la qualité de la lame est importante, si celle-ci vous parait mal affutée ou de mauvaise facture, évitez, il vaut mieux dépenser un peu plus et avoir une lame qui tiendra le choc. Et pour aller plus loin avec des concepts plus précis et élaborés (soie de lame, dureté, etc…), nous vous recommandons l’article suivant !

Sources : almecia.fr – Photo : Taylor BurnesJeremy Brookes

Et si la France sans pétrole était à un filet de bave de la folie et du chaos urbain ?

Essence, cannibalisme et bon voisinageDans cet article, découvrez également pourquoi il faut être sympa avec ses voisins.

Petites causes, grandes conséquence, battement d’aile d’un papillon ou loi de l’emmerdement maximal. Appelez ça comme vous voulez mais c’est parfois un petit détail qui fait basculer les choses. Saviez-vous que mai 68 a commencé en France à cause des protestations des étudiants de Nanterre qui voulaient avoir libre accès au dortoir des filles ? Il est difficile d’identifier à l’avance les signes d’une grande crise, mais pour le cas où, j’aimerai sensibiliser le lecteur à quelques éléments intéressants.

Le pétrole

La France possède des réserves stratégiques de pétrole depuis 1925, elle représenteraient 90 jours de consommation et sont réparties en 213 centres de stockage. Donc pour le moment… tout va pour bien.

Maintenant, imaginons seulement que la chaîne d’apport en carburant soit réellement bloquée. Je n’y crois pas vraiment mais le cas d’école est intéressant. Au bout de quelques jours, les transports d’approvisionnement commenceraient à diminuer, et les rayons des supermarchés se videraient progressivement. Les prix monteraient et une certaine délinquance pourrait commencer à organiser des descentes et le pillage des petites supérettes. Les foyers commenceraient à miser sur leurs propres réserves alimentaires. C’est là que le bas blesse.

Quelles sont les réserves alimentaires d’un foyer en zone urbaine ? Pas grand chose c’est sûr. Quelques sources m’indiquent qu’aux USA les foyers possèdent en moyenne 3 jours de nourriture. Admettons qu’en France les stocks soient plus vastes (nous sommes moins  victimes de la culture du fast food). Tablons sur 7 jours de provisions.

Que se passerait-il passé ces 7 jours ? Au bout d’une semaine et privés de nourriture, comment réagiraient les habitants de Paris, Lyon ou Marseille ? Mal sans doute. Les survivalistes se posent la question avec un regard emprunt de paranoïa. Les autres préfèrent penser à autre chose. Les premiers considèrent que la société actuelle n’est qu’à un filet de bave de la démence. Les seconds refusent de se poser la question.

Pourtant nos grand parents et ceux qui ont connu la dernière grande guerre savent que tout peut basculer rapidement. Ils n’ont peut-être pas tord, car l’histoire nous apprend que statistiquement chaque génération connait au moins une catastrophe mortelle de grande ampleur. Notre propre expérience nous laisse constater que tout se passe bien pour le moment, mais nous devrions aussi apprendre à relativiser nos expériences personnelles et prendre un peu de recul. Peut être que notre univers n’est pas si stable que cela ?

Le voisin, ressource importante en cas de crise

Pour ces différentes raisons, je préconise de bien s’entendre avec ses voisins. Ils vous seront peut être utiles un jour. Si le monde urbain devenait plus dur et plus difficile, la solidarité dans votre immeuble pourrait changer la donne.

D’ailleurs je vais peut-être même apporter des petits gâteaux à mes voisins de palier aujourd’hui : il faut que je les garde en bonne santé. Après tout en cas de famine, ils feront une excellente source de protéines.

image : Neogabox

Le TOP 10 des ARTICLES SURVIE depuis la création du site

Je ne comprends pas toujours tout. Et les lecteurs de ce site sont parfois un peu étranges…

top des articles survie

L’audience de guide de survie augmente de manière régulière avec une légère accélération ces dernières semaines, mais les statistiques du site me laissent perplexe. Lorsque je me fend d’un article complet sur un sujet sérieux, le succès n’est pas plus au rendez-vous que lorsque je glisse rapidement une image amusante et 3 lignes de texte. Tenez par exemple, voici le classement des articles les plus lus depuis la création du site :

    1. Détecter les mensonges et les menteurs a eu plus de 1900 lecteurs et selon Facebook, un certain nombre d’entre eux aiment cet article. Mais selon google, la plupart des gens qui tombent dessus partent en courant dans les 30 secondes : c’est vrai qu’avec presque 2 000 mots, ce dossier complet ne correspond pas aux standards des articles du web (souvent, 300 mots ou moins)
    2. Les plans de construction d’un abri antiatomique bénéficient d’une audience extraordinaire, surtout pour un article rapide proposé en plein mois d’août. Expliquez moi, vous étiez nombreux cet été à faire des trous dans votre jardin et à couler du béton cet été ?
      Pour ceux qui cherchaient du second degré, je vous recommande également cette vidéo :

  1. Sans surprise, la survie face aux attaques de requin est dans le top 3. On notera que j’ai complété le dossier par quelques articles récents. ;)
  2. Le top des 17 morts accidentelles stupides a vraiment bien fonctionné. Et depuis j’ai trouvé une explication à la mort par strangulation accidentelle (11ème place) : elle pourrait être liée à des jeux sexuels solitaires et dangereux (autostrangulation). Oui, c’est glauque…
  3. Comment survivre lorsqu’un chien vous attaque connait un certain succès. Pour les retours que j’en ai eu, c’est vrai que cette peur existe chez de nombreux Internautes, et que vous avez plus de chances d’en être victime que de vous faire attaquer par un ours.
  4. La survie en cas de séisme est très consultée et je dois avouer que ce type d’article est l’une des raisons qui m’a poussé à réaliser ce site. En dehors du fait que c’est aussi l’occasion pour moi d’assouvir le besoin de diffuser massivement un humour « très personnel ».
  5. De nombreux Internautes aimeraient savoir comment encaisser les coups comme un vrai dur. Et bien pour tout vous dire, en dehors de ces conseils de base l’entrainement est primordial. Il y a quelques semaines de ça je me suis d’ailleurs retrouvé à quatre pattes, occupé à cracher mes poumons parce que j’avais « oublié » de contracter mes abdos à temps. ^^
  6. Excellents résultats également pour les 12 conseils en cas de prise d’otage, dans la série des astuces que je vous souhaite ne jamais avoir besoin d’utiliser un jour.
  7. Enfin, la mode des EDC (Every Day Carry), c’est à dire du kit de survie urbain que tout un chacun peut porter sur lui en permanence ne se dément pas.

Et moi qui pensait booster mon site en diffusant des cours de secourisme sexy. Mes préjugés s’écroulent, mais c’est de bonne guerre. Pour demain, je tente de trouver une image rigolote qui parle de la mort idiote dans un abri antiatomique, ça dopera peut être l’audience. :-D

Source photo : Celedreen

Immobilité tonique : Les 2 secrets pour HYPNOTISER un REQUIN

Un requin qui vous mange dans la main :

Suite à l’article d’hier et à ses images magnifiques, voici une vidéo de moins de deux minute qui vous montrera comment hypnotiser un requin par immobilité tonique (état de transe). Difficile d’utiliser le regard à travers les masques de plongée, la méthode est plus simple :

  • Mettre le requin sur le dos (la méthode ne fonctionne pas avec les gros requins, sauf si vous vous appelez Hulk Hoggan et que vous n’avez pas peur de retourner un requin tigre -4 mètres de long- )
  • Caresser le museau du requin, criblé de capteurs appelés « ampoules de Lorenzini ». Les femelles sont particulièrement sensibles à ces caresses, même si la transe est moins complète que lorsqu’on les met sur le dos : le requin se réveillera si vous touchez ses ouïes ou ses yeux.

Les requins sont câlins :

L’expérience proposée par cette vidéo de la chaîne Discovery consiste à caresser un requin (en pleine mer) jusqu’à le faire entrer en catalepsie. Les caresses sont alors interrompues et un appât est présenté. Le requin choisit les caresses plutôt que la nourriture (source). Bien sûr, la méthode ne fonctionnera peut être pas s’il est déjà en train de vous attaquer. ;-)

PS : vous noterez que les plongeurs qui câlinent des requins portent des combinaisons et des gants renforcées, au format cote de mailles. Vous êtes priés, amis Internautes, de ne pas tenter l’expérience sans l’équipement adéquat et la surveillance d’un professionnel. Le lectorat de ce blog augmente quotidiennement, mais pas au point que je me permette de gaspiller mes lecteurs.

source image : Don Solo

La femme qui murmurait à l’oreille des requins

Requin, immobilité tonique et catalepsieLe titre est inexact et les requins n’ont pas d’oreilles, mais vous avez saisi l’idée. Vous vous souvenez peut-être de l’article concernant la survie face aux attaques de requins ? Observez dans cette vidéo pleine de poésie que tous les requins ne sont pas forcément agressifs. Bien nourris, et bien traités, ils sont parfois même un peu… câlins ;)

Ici, la plongeuse dance avec plusieurs requins :

Explications : l’état d’immobilité tonique du requin

Outre le fait que cette vidéo a peut être été tournée en aquarium (conditions idéales pour observer l’état d’esprit des requins et les nourrir avant la plongée), ces images nous montrent qu’il est possible de caresser un requin (spécialement sur le museau) pour l’apaiser et lui faire éprouver un état de relâchement musculaire appelé « immobilité tonique ». Étonnant non ?

Merci à Fabrice d’instinct-voyageur de m’avoir fait découvrir cette vidéo de Joe Romeiro, qui film ici la courageuse Nina Salerosa. La musique est du groupe du groupe Chingon.

Lady Gaga améliore la survie en avion

Les tubes de Katy Perry et de Lady Gaga pour améliorer la sécurité dans les avionsEn avion, les habitués n’écoutent plus vraiment les instructions de sécurité, et laissent vagabonder leurs esprits au lieu d’écouter des informations qui pourraient être vitales et qui varient d’un avion à un autre. Voici une initiative destinée à augmenter la concentration des passagers du vol sur le speech. Aucun doute, ces hôtesses de l’air ont attiré l’attention avec leur chorégraphie sexy.:)