Tout survivaliste et tout aventurier qui se respecte doit avoir à portée de main son couteau de survie. Celui-ci se décline sous divers modèles sur le marché. Puisque chaque modèle ne se vaut pas, la sélection ne doit pas être fait à la hâte. Après un premier article qui donnait les informations de base, voici quelques conseils plus élaborés sur la manière de choisir.

 couteau de survie : l'accessoire indispensable de tous les survivalistes et les aventuriers

La lame : un élément déterminant dans le choix d’un couteau

 Entre lame découpée et lame forgée, lame souple et lame rigide, lame large et lame mince, entre autres, il est difficile de s’y retrouver. Pour choisir, il faut se concentrer notamment sur deux critères : le type de métal et la soie de la lame.

Type de métal :

En ce qui concerne le premier critère, trois options se présentent : acier, alliage et céramique. Pour des couteaux en acier ou en alliage, les paramètres suivants doivent être notamment considérés avant de choisir : la dureté, la résistance à la casse et l’inoxydabilité. Le premier paramètre permet surtout de connaître la qualité de tranchant et la résistance à l’usure de la lame. Pour ne pas se perdre face aux multiples modèles de couteaux proposés sur le marché, il faut surtout se référer aux indices suivants pour l’évaluation des paramètres précités : le taux de carbone de la lame (un taux de carbone élevé signifie une meilleure qualité de coupe, le carbone apportant la dureté de la lame), la dureté Rockwell HRC (indice de pénétration) et le taux de chrome (pour la résistance à la corrosion : un acier est dit inoxydable dès 13% de Chrome ).

Petit point sur la céramique : Les personnes qui ne peuvent résister à l’idée de s’acheter un couteau de survie à lame en céramique doivent porter notamment une plus grande attention à la pureté de la matière de la lame. Cette dernière doit être d’au moins 95 %. Au-delà de ce taux, elle peut se détériorer rapidement. Le second critère important à prendre en compte dans le choix d’une lame en céramique est la marque. Il faut notamment privilégier des marques spécialistes en couteau à lame céramique. Toutefois, même provenant d’une telle marque, l’usure de celui-ci peut ne pas être évitée si l’on ne prend pas quelques précautions. Il ne faut pas utiliser le couteau pour découper des os ou des aliments congelés, l’utiliser ou le jeter sur une surface dure ou encore l’exposer à la flamme. Par ailleurs pour aiguiser la lame, l’utilisation d’un aiguiseur spécifique est recommandée. La plupart des magasins de vente d’outils de survie de plein air en proposent.

Soie de lame :

Définition : La soie est le prolongement de la lame dans le manche.
En ce qui concerne ce second critère, le choix doit surtout porter sur une soie plus longue. La qualité est en effet fonction de la longueur.

(INSCRIPTIONRappel rapide : Je propose régulièrement des articles Bushcraft, Matos et self defense. Si tu es intéressé, inscris-toi maintenant en CLIQUANT ICI.)
--

Couteau suisse ou couteau spécifique ?

 couteau de survie : une chose qui peut aider à survivre

Les individus qui ne prévoient pas un usage spécifique à leur couteau de survie doivent surtout opter pour un couteau multitool (type couteau suisse), appelé le plus souvent couteau multifonctions du fait des multiples possibilités d’usage qu’il propose. Cette option n’est toutefois pas conseillée pour un usage régulier et prolongé. En effet, le couteau suisse est souvent plus altérable qu’un couteau spécialisé. Ses faiblesses se trouvent notamment soit au niveau de sa manche, soit au niveau de son axe. Ce dernier se fragilise rapidement du fait de ses multiples ouvertures/fermetures. Si l’on est donc à la recherche d’un couteau durable, il ne faudra pas privilégier le couteau multifonctions .

Le couteau spécialisé, comme son nom l’indique, est destiné à un usage particulier. Avant d’en acheter donc, il faut se poser des questions sur son réel besoin. Pour une « escapade » dans la jungle, par exemple, les couteaux de chasse et les couteaux à fruits sont à privilégier. Le couteau militaire sera également du meilleur choix. Il permet en effet de couper facilement les branches. Dans d’autres circonstances, les couteaux de jardinier et les couteaux de cuisine, entre autres, peuvent avoir leur utilité.

Le couteau spécialisé est souvent prévu pour une utilisation à fréquence régulière. Ainsi, pour son choix, il faut se référer sur plusieurs éléments, dont la qualité de sa lame et sa marque. Généralement, les couteaux provenant de grande marque sont plus résistants à l’usure.

Couteau de survie : Les autres critères

 couteau de survie : un large choix de lames à votre disposition

Divers autres éléments doivent également être considérés dans le choix d’un couteau de survie. Comme pour la taille. Pour la survie en zone sauvage, un couteau ayant une longueur minimale de 35 centimètres est recommandé. Certes, il existe sur le marché des modèles de 10 centimètres, mais de manière franche, ceux-ci ne sont pas dignes de la qualification « de survie ».

Il est également important de se référer aux normes avant acheter un couteau de survie. Ces normes constituent déjà une indication du taux de métaux qui y sont constitués. La norme AISI 80 désigne ainsi un couteau ayant un taux de carbone et de Chrome respectif de 0,40 et de 13 % et une dureté HRC de 54. Les personnes qui sont à la recherche d’un produit ayant une dureté très élevée privilégieront un couteau de chasse sous la norme 3G. Celui-ci dispose d’une dureté HRC de 62 pour un taux de carbone de 1,40 % et un taux de chrome de 15 %. Il est toutefois important de le préciser, la dureté ne constitue pas toujours une qualité pour la lame d’un couteau de chasse. Elle peut même avoir un impact positif sur son efficacité. En effet, réaffûter une lame très dure ne constitue pas toujours une mince affaire. Ainsi, plus une lame est dure, moins on veut l’affûter fréquemment.

Ayant pris en compte les critères précités, la dernière étape consiste à se renseigner sur le prix. Ce dernier est d’ailleurs déterminant pour la qualité d’un couteau de survie. Souvent un produit plus cher est de bonne qualité. Sur le marché, le prix va de 20 à 105 euros selon les critères précités. Si l’on prévoit un usage répété et fréquent, mieux vaut préparer un budget plus conséquent. Dans le cas contraire, quelques dizaines d’euros pourront suffire.

couteau de survie : un gadget pour les activités de plein air

Aujourd’hui, le nombre de boutiques en ligne d’équipements de plein air ne cesse d’augmenter. Auprès de celles-ci, les couteaux de survie sont souvent plus abordables qu’en magasin. Avant d’y acheter un produit, toutefois, il est important de bien se renseigner. Cela permettra d’éviter les mauvaises surprises en ce qui concerne notamment la qualité des produits.

Avez vous tout bien retenu ?

Voilà, vous êtes maintenant assez calé pour comparer et comprendre les différents modèles. Cliquez pour vous faire votre propre idée dès maintenant !

Et sinon, avez-vous votre propre couteau ? Quels sont vos critères de sélection ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire, vous aiderez les prochains lecteurs.

IMPORTANT !!!
En ce moment, les articles sont publiés sans programmation.
Pour ne pas louper le prochain sujet "bushcraft", self défense ou survie
je te suggère de t'inscrire immédiatement :

Qui sait, ma newsletter te sauvera peut-être la vie ;-)

_____________