Le Kit de survie urbain de poche

Kit de survie de poche

Kit de survie de poche

Il faut voir les choses en face, je ne suis pas un expert de la vie sauvage. Il me faudra sans doute beaucoup de documentation avant de vous suggérer tel ou tel type de boussole ou un meilleur couteau de survie. Mais bon, depuis le temps que je vis en ville, et que je me demande quel est l’équipement ultime de l’urbain moyen, j’ai déjà plus de cartes en main pour faire le tri.

Voici une liste de 14 petits objets à toujours emporter avec soi pour les situations d’urgence. Est-ce qu’ils sont indispensables ?  A vous de décider ;)

La survie en milieu urbain, c’est la prise de conscience qu’à tout moment, il existe une (faible) possibilité de catastrophe ou d’accident. L’optimum étant à mes yeux de se former au secourisme (voir aux arts martiaux) et de s’informer des risques que l’on court dans telle ou telle région, puis de s’équiper en conséquence.

Entendons nous bien. Je ne vous suggère pas de vous déplacer en permanence avec un équipement à rechargement solaire, de la nourriture et de l’eau pour 3 jours, 4 faux passeports et des armes à feu de contrebande. Si vous croyez réellement que la fin du monde civilisé est proche, stockez donc plutôt tout ça à la maison. A titre personnel, je pense survivre à 2012, même sans armes de guerre (note pour la postérité, nous sommes le 2 Juin 2010 et si vous avez la preuve que je me suis trompé, comment avez vous réussi à rester en vie pour ligne ces lignes ?).

14 objets indispensables à la survie ?

  1. En préambule (même si ça ne rentre pas dans la case « petit objet »), portez vêtements adaptés à la météo et à votre milieu. Au niveau de la météo j’imagine que je n’ai pas besoin de m’expliquer, la chaleur, le froid et l’humidité nous font réagir immédiatement. Pour le reste il est recommandé de choisir une tenue qui corresponde à certains codes sociaux : On ne va pas en soirée habillé en short (sauf vous mesdames, mais attention au choix du short) et on ne traverse pas le 93 à pieds tout seul, habillé en drag queen à 3h du matin.

  2. Un couteau, de préférence multiusages : Selon la législation, tout port de couteau est suspect et vous met à la merci des autorités qui prendraient la peine de vous fouiller. Les américains plébiscitent la marque Leatherman, et le couteau multi-outil usage non agressif (de type couteau suisse) est un bon compromis.

    Législation sur le port du couteau : Le port d’un couteau avec blocage de lame (cran d’arrêt …) est strictement interdit car il est automatiquement considéré comme une arme de sixième catégorie, sauf si vous pouvez le justifier en expliquant par exemple que vous allez chasser, pêcher ou cueillir.
    La jurisprudence ne punira pas forcément le port de certaine armes comme les couteaux pliants non munis d’un dispositif de blocage, mais attendez-vous à devoir vous justifier, voir à une confiscation.

  3. Le petit sifflet en plastique est particulièrement apprécié par les anglophone, facile à obtenir il permet de signaler sa position ou d’alerter en cas d’agression. Est ce que quelqu’un peut me confirmer son utilité en France ?

  4. Un grand mouchoir en tissu ou un bandana propre

  5. Une petite bouteille d’eau ou encore une mini-gourde : Oui l’eau courante est partout, et d’ailleurs il y a une bonne raison car c’est vital. Personne ne s’est retrouvé déshydraté dans un parc ou dans une longue file d’attente ? (message à certains lecteurs de ma connaissance : ici, nous vous rappelons que le sujet est « boire de l’eau »).

  6. Une barre chocolatée : Ok. J’ai déjà dit que tout ce qui était à base de sucre blanc était potentiellement dangereux pour l’organisme (hautement addictif, consommé en excès dans notre civilisation…), et si je ne l’ai pas encore fait je ne vais pas tarder : nous en consommons trop. cependant il y a quelques semaines je me suis retrouvé enfermé tout un après midi sportif dans une salle surchauffée pour un passage de ceinture. Je n’avais pas mangé assez pour tenir longtemps mais je suis prévoyant, et c’est fou ce que ces petites cochonneries au sucre peuvent faire du bien lorsqu’elles sont vraiment nécessaires. C’est peut-être grâce à un seul et unique balisto que j’ai tenu le choc. :-p

  7. Papier et stylo. Il n’y a sans doute pas besoin de justifier ce qui est évident (Utilisez par exemple un petit carnet moleskine, le carnet des grands voyageurs).

  8. Des médicaments de bases et des mouchoirs en papier. Tout le monde devrait avoir quelques cachets d’analgésique (type ibuprofène) dans son sac pour les urgences.

  9. Du ruban adhésif couplé à de la corde et un couteau, un peu de ruban adhésif de bonne qualité (chatterton) vous permettra pas mal de bricolages d’urgences. Vous n’êtes pas obligé de vous déplacer avec le rouleau entier, soit dit en passant : enroulez en une petite longueur autours d’un stylo, c’est plus pratique à transporter.

  10. Une petite lampe LED. Vous pouvez en trouver pour VRAIMENT pas cher sur le net. Elles sont légères, efficaces, fiables, et bien utiles en cas de coupure de courant. Comme beaucoup de lecteurs j’en ai toujours une sur moi.

  11. Une clef USB. Nous vivons à l’heure de l’information, et l’information peut changer votre vie. J’ai choisi celle-là parce qu’elle est sympa et que son design passe bien sur un porte clef : LaCie iamaKey – Lecteur flash USB – 8 Go – Hi-Speed USB, mais rien ne vous oblige à prendre ce modèle.

  12. Des préservatifs. Non lubrifiés, ils vous permettent de transporter de l’eau, de mettre votre téléphone en sécurité en cas d’inondation, ou même d’allumer du feu. Lubrifiés, ils auraient une autre fonction très ludique :-p

  13. Une petite recherche sur Google m’apprend rapidement que le kit de survie en milieu urbain le plus référencé, c’est le maquillage. Pardonnez moi ma première impression, mais j’ai été légèrement déçus. Donc, bon. Admettons. Si vous êtes une fille, votre kit de survie contiendra du maquillage. Soit. Désolé pour vous.
    Ici, je prendrais vos conseils de filles, car les boites proposées en kit survie chez Sephora sont bien trop grosses pour tenir dans un sac.

  14. Un bracelet de survie : Composé de corde de parachute, pour disposer d’une longueur de corde en permanence.

Si vous avez un avis, des questions ou une forte envie de corriger mes fautes d’orthographe, utilisez les commentaires. ;)

Image : bracelet de survie, couteau multiusage,
petite lampe de poche, sifflet,
bombe au poivre, zippo

Les lecteurs de cette page cherchaient :

  • kit de survie
  • survie urbaine
  • survie urbaine outils
  • materiel survie urbaine
  • survie urbain
  • kit survie voyage
  • kit de survie soiree
  • objets tres petits
  • objet de survie
  • mon edc urbain

17 Réponses

  1. Seeven7

    Et j’ajouterais aussi une carte/plan (je n’ai jamais su la différence) de la ville habitée et des réseaux de transports en communs présents dans la-dite ville. J’ai toujours mon livre-plan de Paris par arrondissements et de la banlieue par ville (c’est un petit livre très clair qui se fait vite oublier et qui ne pèse rien, ça mange pas d’pain).

    Concernant la lampe LED, j’en ai 2 mais qui n’éclaire bien qu’en intérieur quand il fait bien noir (pour aller au toilettes quoi…) mais à l’extérieur, à part pour lacer mes chaussures, elles n’ont pas vraiment d’utilité. Je me demandais quelle genre de lampe prendre pour s’assurer d’un bon éclairage en extérieur en cas de besoin. Une lampe qui ne soit pas un projo de préférence ^^

    Répondre
  2. JLB29P

    je ne suis pas très motivé par ce thème, mais…
    voici quelques mois j’ai rêve qu’un embrasement général avait détruit une grande partie de la population, des animaux, végétaux et équipements techniques. Je me trouvais dans un petit village breton et me posais la question:
    – « que faire »
    toujours en état de rêve, je bâtissais plusieurs scenarii.
    recenser les ressources et les regrouper et garder ou les disperser pour diminuer les risques d’accaparement par une clique ?

    Répondre
  3. JLB29P

    un clic intempestif m’oblige à morceler mon intervention.
    - faire d’autres inventaires
    -les savoirs faire, les graines et ressources
    – que garder pour l’avenir, que consommer ?
    – comment préserver les richesses et les connaissances ?
    – comment déterminer les priorités ?
    – envoyer des messagers pour trouver d’autres survivants ou s’isoler pour ne pas attirer l’attention des pillards organisés ?
    Ces interrogations dans une situation (proche de « Malevil » de Robert Merle) m’ont poursuivies après le réveil et m’incitent à proposer une réflexion relativement facile à traiter.
    Lorsqu’un cataclysme survient et que les secours sont atteints eux aussi, quelles priorités adopter ?
    Suivant la région concernée et l’ampleur du drame, les réponses seront très différentes; mais des trames peuvent certainement être établies.
    Ce type de réflexion peut certainement être traité par des retraités, gens expérimentés, disposant de temps et souhaitant laisser à leurs petits enfants un maximum de chances de survie.
    A bon entendeur…

    Répondre
  4. MarieBo Solutions

    Le maquillage, pas vraiment, mais par contre : une pince à épiler qui permet de décoincer plein de trucs, et une lime à ongles en métal qui se replie dans son manche. Pour le même usage que la pince à épiler mais en plus efficace dépendant de la situation.

    Depuis la tempête du verglas à Montréal en 1998, j’ai toujours sur moi un briquet, une mini lampe LED et un tout petit sifflet strident combiné à une boussole.

    Répondre
  5. Rache-elle

    100% d’accord avec MarieBo, le maquillage…non, franchement,de quoi on a l’air encore les filles ! OUI à la pince à épiler et briquet..et dans les medocs, je recommande du Cicatril…en petites dosettes ultra pratique et testé en temps que maman…il désinfecte, fait arrêter le saignement et marche aussi en cas de brûlures.

    Répondre
  6. Alcaline

    Maquillage pour moi c’est oui !

    Minimum : 1 crème hydratante,1 minimascara et des échantillons pour le fond de teint, poudre. Je ne m’en sert pas toujours en rando mais en Festival salsa ou en aventure urbaine c’est de la survie !! LOL

    Sinon vraiment pour moi aussi indispensables :
    Une bonne pince Une bonne lime à ongle et pommade genre Cicatril.

    Répondre
  7. Audrey

    Je rajouterais de la vitamine C, pas celle en pharmacie, de la vitamine C acérola en poudre, mais elle existe en comprimés (moins dosée mais plus facile à transporter), pour le stress, la fatigue, ça aide aussi à s’endormir quand on en manque, comme chez les gros fumeurs (ou fumeuse comme moi). Et un truc genre pierre à silex pour faire du feu, ils en vendent dans certains kits de survie. Ton article sur comment sutturer les plaies est excellent (tout comme ton humour, pour ma part j’y adhère).

    Répondre
  8. Maryan

    Merci pour tes encouragements Audrey, je vois que tu as eu de la lecture cette nuit !
    Sinon, en ville je me contenterait d’un briquet, mais certains amis ont en permanence un allume feu sur eux, oui.
    Bonne idée pour la vitamine C. On m’a recommandé les boissons énergisantes également.

    Répondre
  9. Pierreafeu

    …Il manque, pour affronter les loubards une arme paralysante, une cagoule pour ne pas être reconnu, un masque pour les gaz polluants, une bouée pour les gens qui ne savent pas nager, un bazooka pour se défendre contre les martiens et une remorque en aluminium ( c’est plus léger !) pour emporter tout le nécessaire…

    Plus sérieusement :

    Avez-vous remarqué le désarroi des gens lors des inondations, en cas de pluies abondantes ?

    Pensez-vous qu’une trousse de survie pourrait les aider à sortir leurs voitures dans une rivière en crue ?

    À vous lire, je ne peux m’empêcher de vous comparer avec le joyeux superman de la télévision, vous savez le gars qui grimpe, qui nage, qui court, qui fait du feu, qui dort dans un arbre, qui mange une sauterelle et qui rentre tranquillement à la maison, avant de recommencer une autre aventure, du même goût, le week-end suivant…

    Malgré cela, je possède aussi un solide couteau, de la ficelle et une orange pour tenir le coup, si jamais les Allemands décidaient de revenir nous voir…

    À plus, les rescapés !

    Répondre
  10. Pascal

    Bonjour à tous,
    Concernant le sifflet en France, il est recommandé particulièrement en randonnée par les équipes de secours en montagne.
    Et voilà.
    Bonne continuation.

    Répondre
  11. Monsi

    On peut peut-être rappeler qu’en situation de survie « manger » ne devrait pas être la première préoccupation.

    Dans un documentaire sur ARTE qui traite du jeûne, il est indiqué qu’une personne de 1m70 et qui pèse 70 kg peut jeûner jusqu’à 30 jours, voire 40.

    Donc quand je vois ces documentaires / reportages catastrophes où on voit des gens pleurnicher parce qu’ils n’ont pas mangé pendant 3 jours, cela me fait rigoler. Et quand je vois ce pauvre Bear Grylls se précipiter sur la première chenille qui passe, on se dit qu’il rend bien mauvais service à celles et ceux qui pourraient être en situation de survie. Car manger, surtout si on manque d’eau, ne devrait pas être la première préoccupation.

    Personnellement, j’ai fait l’essai, chez moi, de ne rien manger pendant 12 jours. Eh bien je peux vous dire que cela ne crée aucune gêne. Bien au contraire, j’étais en pleine forme. On devrait tous apprendre à jeûner chez soi, pour se préparer un jour.

    Quant à l’eau en situation de survie, il en faut, bien évidemment. Mais ce n’est pas la même chose si on est dans le désert ou dans une zone tempérée. Dans cette dernière, on peut rester plusieurs jours sans eau.

    Répondre
  12. Maryan

    Tout à fait d’accord avec toi Monsi, la nourriture n’est vraiment pas une priorité. Avec le temps, je l’ai d’ailleurs enlevé de mon EDC actuel.

    Répondre
  13. Monsi

    Mon EDC que j’ai sur moi en permanence porte plutôt sur l’éventualité d’être en contact avec un virus ou des bactéries.

    Je porte toujours une huile essentielle anti-virale mais aussi anti-bactérienne, ainsi que de l’argile en poudre en cas de coupure ou de blessure (mettre directement sur la plaie qu’on aura d’abord désinfectée avec l’HE anti-virale) ou en cas d’ingestion de produit toxique, voire de simple indigestion.

    J’ai aussi un sachet de 20g de chlorure de magnésium.

    On a tous vu ces films type 24h Chrono où des gens sont bloqués par la police dans un hôtel parce qu’un virus sévit à l’intérieur de l’établissement. Dans ce cas, je demanderai une bouteille d’eau dans lequel je verserai mon sachet de chlorure de magnésium, et que je boirai. Ainsi que mon HE anti-virale dont je mettrai 2 gouttes sur mon poignet. Voilà…

    Répondre
  14. chevalier

    Pour la lampe, préférez la lampe Dynamo (pas besoin de piles) suffit de tourner la manivelle pour recharger. On en trouve dans pratiquement tous les commerces. Pour faire du feu, une barre de magnésium. Des pastilles de purification d’eau, une pince multifonctions, un couteau style opinel, de la ficelle, une couverture de survie, un miroir de signalisation.
    Ou achetez le kit de survie avancé qui tient dans une pochette 25×15 cm. Voilà, voilà… Par contre la clé USB j’vois pas trop l’utilité si t’as plus d’électricité.
    Aussi faites des réserves d’eau et de boites de conserve.

    Répondre
  15. Marc

    @monsi

    si tu crois que tu pourrais ne rien manger pendant 12 jours en milieu hostile tel qu’en montagne détrompe toi, surtout en milieu froid tu tomberais rapidement en hypothermie tu ne resterais pas en forme très longtemps. Deplus, ton système immunitaire serait à plat..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.