Qu’est-ce qu’un sac d’évacuation en cas d’apocalypse zombie vaut comme kit de survie ? Nous allons répondre à cette question avec une sélection de matériel aux petits oignons… Par un expert

 

thomas-geek-survie

Thomas est un mec sympa

Thomas du dernier bar avant la fin du monde

GDS a eu la chance de recevoir en interview Thomas, directeur du Dernier Bar Avant La Fin Du Monde, que l’on ne présente plus aux parisiens ni aux lillois.

Durant plus de deux heures de conversation, le patron du « seul bar possédant un bunker anti-zombies » a évoqué la question du B.O.B (Bug Out Bag), et en particulier dans le cas d’une invasion zombie.

Cet article propose un  résumé de la très complète interview de Thomas, disponible en fichier audio ci dessous 
(même si la qualité son est assez moyenne -désolé- ça reste très écoutable et c’est très instructif)

(INSCRIPTIONRappel rapide : Je propose régulièrement des articles Bushcraft, Matos et self defense. Si tu es intéressé, inscris-toi maintenant en CLIQUANT ICI.)
--

 

Le BOB, ou kit de survie spécial évacuations

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un B.O.B ? Un sac d’évacuation d’urgence ou un kit de survie un peu complet qui doit permettre de « partir avec le strict nécessaire », contenant un équipement suffisant pour survivre au moins trois jours en toute autonomie. Le B.O.B doit donc être adapté à la circonstance : l’objectif est « la rapidité, l’efficacité ». Le B.O.B est différent de l’Every Day Carry (ou EDC) qui désigne les objets à toujours avoir sur soi : une sorte de kit de survie de poche en somme.

Le gouvernement lui-même incite fortement chaque citoyen à posséder un B.O.B. tout prêt en cas d’urgence, afin d’optimiser les chances de survie de chacun en cas d’évacuation.

Max-brooks-guide-survie-territoire-zombieLe B.O.B utile en cas d’invasion zombie a été abordé par Max Brooks dans son Guide de Survie en territoire zombie, lors d’une conférence au Dernier Bar.

Grand passionné des zombies également, c’est une version du Kit De Survie / BOB adapté à ce type d’invasion que Thomas va nous proposer (même si de nombreux composants sont utiles dans n’importe quelle situation d’urgence).

 

L’interview survie zombie en fichier audio :

L’interview est composée de 3 appels téléphoniques différents.

Je les ai rassemblé en un seul fichier MP3, il contient énormément de petits conseils et d’astuces que je ne pouvais pas faire retranscrire ici facilement. Je te le recommande chaudement.

Pour ceux qui ne souhaitent pas télécharger l’interview, un résumé est accessible juste en dessous.

INTERVIEW AUDIO BLOQUEE

Seul les membres ont l'accès

S'enregistrer ou s'inscrire au club GdS pour profiter de toute l'interview en fichier audio : 

Interview de Thomas  :

Le Kit de Survie Zombie en mp3 (clic droit – enregistrer sous)

(Tout commence à partir de 15 secondes)

 

Quel type de sac pour mon kit de survie zombies ?

Le sac à dos est le type de B.O.B le plus logique et pratique, mais il doit aussi posséder certaines caractéristiques. Soit sportif, soit militaire, il ne doit pas être trop gros pour ne pas freiner les déplacements du porteur.

Thomas recommande une contenance maximale d’une trentaine de litres, à adapter selon les capacités physiques de chacun. Il s’agit, pour rappel, d’emporter le « minimum vital » en cas d’urgence, et pas d’aller camper durant des semaines.

Attention aux sous-marques : pour être efficace, le sac à dos doit être solide, et il vaut mieux investir de l’argent dans du bon matériel. Un système compressif, plusieurs poches compartimentées, l’étanchéité et la résistance à l’usure sont autant d’avantages pour la survie. Pouvoir y retrouver rapidement n’importe quel objet constitue un bénéfice considérable, d’où le compartimentage (qui n’est parfois pas assez pris en compte).

La recommandation de Thomas :

Le sac 5.11 Tactical Rush 72 sur Amazon

 

 

Enfin, il est important de travailler sa pratique, de bien connaître son sac : partez en balade, en randonnée avec ce qui deviendra votre B.O.B., vous serez plus à l’aise avec son utilisation en situation d’urgence.

 

Kit de survie : L’intérieur du sac

Différents kits constituent une base commune (mais variable selon l’endroit et la situation de crise) :

  • un kit couchage,
  • un kit nourriture et eau,
  • un kit orientation,
  • un kit premier secours
  • et un kit bricolage.

Le compartimentage de votre sac permet de ranger à des endroits différents chacun de ces kits, pour ne pas perdre de temps en cherchant des objets spécifiques.

LE KIT COUCHAGE

remplir sac à dosLe kit de couchage et de l’abri sera certainement très volumineux, il vaut alors mieux le ranger au fond de son sac.

 

LE SAC DE COUCHAGE

Un sac de couchage léger et pratique est un bon investissement : n’oublions pas que le facteur le plus critique de la survie est le repos (gestion de l’énergie, de l’attention, de la volonté et de la santé). Si le confort est un détail pour certains, pour d’autres tels que Thomas il est un aspect essentiel à prendre en compte, même (et surtout) dans une situation d’urgence !

Comme alternative au sac de couchage, on trouve des poches de survie, ou des couvertures de survie enveloppantes.

Peu importe le matériel choisi, sa compressibilité est un grand avantage pour un B.O.B. On peut d’ailleurs trouver certains sacs de couchage en deux parties, une partie duvet et une partie étanche retirable : ce type de matériel réduit considérablement l’espace qu’il occupe, mais demande une certaine pratique pour être rapidement rangé.

 

La recommandation de Thomas :

Thomas recommande la marque Tennier, qui fournit l’armée américaine.

Sac couchage tennier multi-pieces

Sac couchage tennier multi-pieces

Sac de couchage Tennier

 

 

La bâche de survie : le TARP

LA BÂCHE

En plus d’un sac de couchage, une bâche est importante pour son caractère multi-usage. On peut en faire une tente, un poncho, n’importe quel type d’abri (sauf contre les zombis. Là il vous faudra du lourd). Si la bâche prend beaucoup de place dans un sac d’évacuation, elle reste tout de même très rentable.

La bâche à partir de 8 €

 

 

LE KIT OUTILS ET BRICOLAGE

 

LE COUTEAU

Mauvais exemple de couteau anti-zombies

Pas ça

Peu importe la situation d’urgence, on a toujours besoin d’un couteau. Pour un kit de survie zombie, il ne s’agit pas d’embarquer son couteau de cuisine, mais de trouver un couteau type bushcraft, efficace face aux imprévus. On ne l’utilise pas pour chasser, car on a dans le B.O.B. assez de rations pour tenir plusieurs jours jusqu’au point d’évacuation. Le couteau doit également être discret, pour ne pas avoir l’air agressif  face aux autorités ou en cas de panique générale (ce qui peut nous mettre nous-même en danger).

Oui, ça !

Une alternative au couteau peut être le multi-tool. La marque la plus réputée est Leatherman (je vous encourage à cliquer sur le lien pour découvrir le modèle Wave, un grand classique), qui propose de nombreux modèles plus ou moins élaborés, et quasiment incassables… à condition de ne pas s’en servir comme pied de biche, ainsi que l’a expérimenté Thomas :
Il est bon de faire avec ce que l’on a, mais attention à ne pas être trop ambitieux quand on détourne un objet de sa fonction ! Surtout quand des pieds de biche miniatures sont aujourd’hui faciles à trouver.

Duck Tape – 4 €

 

DU DUCK TAPE

Comme autre accessoire utile, on trouve du gros scotch (type duck tape), dont on peut se servir pour de nombreuses réparations, pour la création de piège, et même en guise de pansement.

ASTUCE : afin que le duck tape prenne moins de place, on peut retirer le milieu du rouleau, le plier et le garder dans sa poche

Duck Tape – 4 €

 

 

Attention cependant à ne pas trop se charger en objets dont on ne sait pas à l’avance quelle en sera l’utilité : à la réflexion, une scie ou un bâton de ski peuvent s’avérer utile, mais pour Thomas ce n’est pas du matériel essentiel au sac d’évacuation zombies.

Et on peut toujours trouver trop de choses à emporter. Pour faire son B.O.B., il faut bien réfléchir à chaque objet qui le composera et éviter de s’encombrer tout en se rappelant qu’il s’agit d’un sac de survie, et non d’un sac pour traverser la France à pieds.

 

UNE POCHE / UN SAC SUPPLEMENTAIRE

En revanche, un sac supplémentaire, pliable, avec une corde pour le suspendre au premier, prend peu de place, pèse moins lourd, et crée un nouvel espace étanche : c’est donc un énorme atout !

 

LA FRONTALE

Lampe frontale pour EDC petzl e+lite

Ma Frontale préférée : petite, légère et polvalente (NDLR)

Encore faut-il pouvoir progresser dans le noir. La frontale est sans doute la lampe la plus pratique, et peut être accrochée à l’extérieur d’un sac. Avoir d’autres lampes en plus est intéressant, étant donné le peu de place qu’elles occupent, et l’étanchéité est un véritable plus.

ATTENTION : la frontale est tout sauf discrète, et en cas de danger une torche moins puissante dirigée vers le sol assure davantage de sécurité. Car la frontale éclaire directement ce que l’on regarde, et rend donc son porteur visible !

Frontale Petzl

 

 

LA LAMPE TORCHE

Les grosses torches old school (type Maglight) utilisées par la police sont compliquées à trouver mais intéressantes car leurs piles durent longtemps et leur poids est fait pour servir de matraque : n’oublions pas que le double emploi est toujours un bénéfice énorme, surtout lorsque l’espace dans le sac est restreint.

Ici la rédaction n’a pas trouvé d’image plus pertinente

Torche Maglight

 

 

On rappelle ici que la survie en cas d’attaque zombie est évidemment une parabole, et que chaque conseil concernant la survie en ce cas précis vaut pour tout type de situation. Le Guide de survie en territoire zombie est d’ailleurs tout aussi important à lire pour la survie en général.

 

 

LE KIT NOURRITURE :

Rappel de Thomas : les vitamines ne sont pas un substitut de nourriture, il faut absolument trois repas par jour (ne serait-ce que pour garder le moral).

Les barres de céréales sont efficaces, ainsi que les sachets lyophilisés, et les fruits secs. Des petites soupes types Royco qu’on trouve n’importe où peuvent toujours servir.

Astuce : du sel, poivre et sucre dans des petits contenants à part peuvent apporter un vrai réconfort lors d’une situation de stress.

 

LE RÉCHAUD

Pour faire chauffer son repas : on trouve des réchauds ultra-compacts au gaz, type Campingaz.

Réchauds ultra compacts

 

 

Astuce pour chauffer facilement l’intérieur de la tente : une canette dans laquelle on a mis de l’eau et des cailloux, que l’on a préalablement chauffée à l’extérieur, devient un poêle miniature qui permet d’avoir chaud sans risquer d’enflammer sa tente.

 

 

LES RÉCIPIENTS

Pour les récipients, on préconise encore et toujours du métal (sauf peut-être pour un Tupperware). Quelques gamelles et des casseroles peuvent être trouvées en kit, et on trouve des couverts qui sont à la fois fourchette et cuillère (encore deux éléments en un), comme le FORK

 

L’EAU : GOURDES ET FILTRES

Peut-on emmener toute l’eau nécessaire ? Pour trois jours d’autonomie, oui… à condition de faire attention ! Même en hiver, chacun a besoin de boire de l’eau, surtout en condition de survie.

Thomas recommande deux contenants, un Camelback de deux litres à conserver dans le sac, et une, voire deux gourdes militaires.

Important : si on pense pouvoir facilement rationner son eau sur trois jours, ne pas oublier que les conditions d’évacuation sont spécifiques, et que l’autonomie est totale : on peut avoir besoin de nettoyer des plaies, de faire à manger, de laver un vêtement ou d’éteindre un feu.

Pour les aventuriers souhaitant filtrer de l’eau sur le trajet, il existe plusieurs solutions : la pastille de purification d’eau, qui est petite, pas chère, et un bon investissement au vu de son utilité. Les filtres faits maison, à l’aide de chaussettes, sont une alternative ou peuvent servir en complément. Les gourdes avec filtre intégré sont aussi une solution, ainsi que des filtres type Lifestraw, testés personnellement par le rédacteur de GDS.

Enfin, la marque Katadyn est une référence du baroudeur et propose aussi bien des filtres que les pastilles de purificationde l’eau

Marque Katadyn au meilleur prix

 

 

Pour faire du feu, Thomas nous recommande de ne pas perdre de temps avec des allumettes, et de plutôt se charger en briquets. Ces derniers peuvent d’ailleurs, dans une situation de crise, devenir des éléments de troc très intéressants avec d’autres survivants.

 

 

LE KIT ORIENTATION

Concernant le lieu où se diriger en cas d’invasion zombie, « les mieux préparés auront prévu d’aller quelque part », mais un changement de plan peut toujours arriver et il faudra pouvoir s’orienter dans n’importe quel milieu.

Plusieurs écoles s’opposent sur le matériel à avoir, l’une adepte de matériel électronique et l’autre plus proche des méthodes « à l’ancienne ». Observons quelques options :

 

LE GPS DE RANDONNÉE

Certains GPS de randonnée peuvent être très utiles, surtout s’ils sont prévus pour plusieurs jours d’autonomie. L’avantage est que ce type de GPS indique souvent les chemins forestiers ; en revanche, c’est un matériel cher qu’on ne peut pas découvrir en situation d’urgence : il faut savoir l’utiliser par avance.

 

Le GPS Garmin le plus recommandé

 

LA CARTE IGN

Comme carte, Thomas nous recommande au moins une carte IGN (Institut National de Géographie), avec une échelle réduite et très détaillée. Les cartes étanches et pliables sont à favoriser, et tout comme le GPS il est bon de connaître sa carte par avance (voire d’y avoir déjà placé des points de repère).

Le site de l’IGN : https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/carte-ign

LA BOUSSOLE

Attention : une boussole est un élément très important, mais on pense parfois pouvoir utiliser n’importe quelle boussole sans jamais en avoir eu une dans la main. Et si vous comptez vous repérer grâce aux étoiles… apprendre à utiliser une boussole reste quand même plus rapide !

LE CARNET DE ROUTE

Le dernier accessoire du kit serait un carnet de route, afin de prendre des notes sur son trajet. Un stylo et un gros marqueur sont ici nécessaires, pour annoter les points de distance entre les repères et garder une trace de ses déplacements.

Pour les adeptes de l’entrainement en situation réelle, certains sites de survie organisent des stages de survie en forêt et insistent particulièrement sur l’orientation.

Astuce : on pense plus rarement à l’évacuation sur un cours d’eau, ce qui peut pourtant être une bonne option. Surtout dans le cas d’invasion zombie … enfin jusqu’à ce que ces sales bêtes apprennent à nager. En revanche, l’évacuation sur l’eau exige un matériel et une préparation différents du B.O.B. classique.

 

 

LE KIT COMMUNICATION :

Ne comptez pas sur votre téléphone, qui sera probablement rapidement coupé et dont l’utilité va varier selon les situations. Comme alternative, on trouve les talkie-walkies, mais n’oublions pas leur faible portée, et leur inutilité si on est seul à en posséder.

Midland Pacific Portatif VHF

Un appareil VHF est une alternative plus élaborée : il s’agit d’appareils radios pas plus gros que des talkie walkies, et que l’on peut aussi trouver dans certains véhicules. Les ondes sont très étendues, et permettent de capter toutes les ondes possibles (excepté celles de la police, des pompiers ou de l’armée, dont le canal n’est pas accessible), et on peut donc créer un contact à très longue distance.

Attention : ces appareils ne sont pas très chers, mais on oublie souvent qu’il faut un certificat délivré par l’Etat pour pouvoir en utiliser un.

N’oublions pas que cet appareil, et globalement tout ce qui est électronique, est optimisé s’il est rechargeable par usb : les batteries portables sont maintenant monnaie courante, plus besoin de trouver une prise de courant.

Pour terminer le kit de communication, n’oublions pas la leçon la plus importante du film Titanic : un sifflet peut sauver une vie (que ce soit pour alerter, prévenir, ou faire diversion).

 

 

LE KIT PREMIERS SECOURS FACE AUX ZOMBIES

Ici, certains voudront ajouter la hache ou la scie, pour amputer un bras mordu. Nous laissons chacun faire ses choix

LA TROUSSE

Pour nous faciliter la vie, certains kits sont déjà tout faits et vendus dans des boutiques de randonnées ou de matériel militaire. On y trouve toujours les mêmes classiques :

  • Des bandages, sparadraps, pansements de différente taille ou à découper soi-même
  • Du désinfectant, qu’on trouve parfois en minidoses
  • De quoi couper (sauf si on a déjà un Leatherman)
  • Un petit scalpel, dont la pochette hygiénique protège des bactéries
  • Des larmes artificielles, ne pas sous-estimer les infections oculaires
  • Des mouchoirs, un basique qui peut faire rire certains mais qui trouvera toujours son utilité
  • Du savon, pour ses vertus désinfectantes.

En plus de ce kit, des petites pochettes étanches, type Ziploc, pourront servir à ranger le matériel déjà utilisé.

Pour les médicaments, cela dépend de chacun, mais attention à bien choisir ses antidouleurs : il ne s’agit pas de s’endormir et de rester groggy pendant des heures.

Astuce : Thomas recommande de rajouter à son kit des huiles essentielles, type Tea Tree, qui permettent de traiter l’eau et ont des vertus antiseptiques. Avis aux hypocondriaques !

Huiles essentielles Tea Tree

 

 

LE KIT ADMINISTRATIF

La survie dans la réalité, c’est aussi (malheureusement) de la paperasse ! Si les papiers officiels (carte d’identité, de sécurité sociale …) sont à garder dans l’Every Day Carry, on peut toutefois prendre en cas de survie ses informations de type médical. Un papier anonyme mais que l’on garde toujours sur soi (plus en sûreté que dans son sac) peut donner à un inconnu qui nous trouverait blessé et inconscient notre rhésus sanguin, nos allergies, et le récapitulatif des médicaments que l’on possède. Il est d’ailleurs utile de garder une trace écrite de notre prise médicamenteuse, pour ne pas se tromper à la longue dans le dosage ou la prescription.

Une clé USB de secours peut également contenir des copies de passeport, de gens à prévenir en cas de secours, et les informations médicales citées ci-dessus.

 

 

LES ARMES

Les armes et le BOB en général :

Pour les armes dans un B.O.B en général, Thomas est catégorique : Il recommande tout simplement de ne pas en avoir.

En effet, on est ici dans une situation stressante, et la présence d’une arme entraîne facilement l’escalade dans la confrontation.

Plus on engage des moyens dangereux, plus la situation risque de déraper ; l’opposant se dira automatiquement que l’on est agressif car on est armé, et qu’en ce cas-là « c’est lui ou moi ».

Le porteur d’arme se met alors lui-même en danger. Si le couteau met mal à l’aise une personne qui vous rencontre, vous prenez un énorme risque si vous avez une arme à feu à la main… car son comportement va être bien plus agressif.

Le seul contexte justifiant une arme est la chasse, mais ce n’est pas nécessaire en situation d’urgence (un rappel, le B.O.B. est censé contenir assez de nourriture).

Quelle arme pour le kit de survie zombie

En revanche, puisqu’il s’agit ici d’une invasion de zombies, « il n’y a pas de possibilité d’éviter le danger ou de marchander », une arme sera donc nécessaire.

L’avantage des armes à feu est de pouvoir tirer à distance. Pour s’en procurer, on peut attendre que la situation soit déjà en route : on pourra en voler dans les commissariats ou dans des magasins spécialisés.

Thomas conseille d’avoir une arme principale, soit de guerre soit de chasse (une arme à répétition, avec un grand nombre de munitions, type fusil d’assaut). Il faut bien sûr savoir s’en servir à l’avance, mais certaines armes sont tellement lourdes qu’on peut toucher sa cible sans être un expert.

Une arme secondaire, de poing, est une seconde arme à utiliser en dernier recours. On recommande un pistolet à répétition de bon calibre plutôt que le classique 9 millimètres.

Cependant, les armes à feu ne sont pas les seules efficaces en cas de combat contre des zombies : dans le livre Worlz War Z de Max Brooks, qui est très différent du film, les soldats de l’armée américaine finissent par utiliser des pelles et des fourches au lieu de leurs armes (qui ont, gros inconvénient, des munitions limitées).

Une autre arme à distance, silencieuse mais encombrante, est l’arbalète : elle est difficile à utiliser (quoique moins qu’un arc) mais peut être rechargeable si l’on récupère ses flèches on qu’on en fabrique soi-même.

Dans une situation de combat rapproché, on privilégiera des couteaux de survie de bonne taille, et qui peuvent être améliorables si on les attaches à des bâtons pour s’en servir de lance.

En ce qui concerne les autres armes de combat rapproché, on a les haches et les pelles, selon les goûts de chacun ; Thomas évoque d’ailleurs sa hache anti-zombie qu’il garde cachée dans un endroit connu de lui seul…

Astuce : ne pas sous-estimer l’efficacité des pièges, surtout en présence de zombies qui n’ont plus de matière grise. Des cordes attachées entre des arbres peuvent les faire tomber facilement, tout comme creuser des fossés pour les y attirer.

 

L’interview survie zombie en fichier audio :

L’interview est composée de 3 appels téléphoniques différents.

Je les ai rassemblé en un seul fichier MP3, il contient énormément de petits conseils et d’astuces que je ne pouvais pas faire retranscrire ici facilement. Je te le recommande chaudement.

Pour ceux qui ne souhaitent pas télécharger l’interview, un résumé est accessible juste en dessous.

INTERVIEW AUDIO BLOQUEE

Seul les membres ont l'accès

S'enregistrer ou s'inscrire au club GdS pour profiter de toute l'interview en fichier audio : 

Interview de Thomas  :

Le Kit de Survie Zombie en mp3 (clic droit – enregistrer sous)

(Tout commence à partir de 15 secondes)

IMPORTANT !!!
En ce moment, les articles sont publiés sans programmation.
Pour ne pas louper le prochain sujet "bushcraft", self défense ou survie
je te suggère de t'inscrire immédiatement :

Qui sait, ma newsletter te sauvera peut-être la vie ;-)

_____________