Adolescent, j’étais fasciné par la BD « Largo Winch » , le milliardaire qui savait lancer le couteau comme personne. Le bouquin est même devenu un film sympa depuis, vous pouvez le retrouver sur amazon.fr.

Alors quand mon ami Fred (qui propose également des stages de survie / vie dans la nature) m’a suggéré de tester un stage de lancer de couteau, j’ai volontiers sauté sur l’occasion.

 Lancer de couteau : Largo Winch, le film.

Le stage était proposé par « Sanctuaire Combattant », si vous cliquez vous tomberez sur leur site Internet, qui propose les dates de formation et la philosophie de vie de l’école. Le concept de la journée proposée était plutôt orienté combat, d’où leur nom. Et même si j’aurais préféré un angle « sportif » (il existe quelques compétitions de lancer de couteau), impossible de faire la fine bouche : à mes yeux d’adulescent, le principe est largement trop cool pour que je puisse refuser.

Edit du 22 aout : à ma grande surprise, l’une des premières vidéos sur google lorsque je cherche des infos est une vidéo du stage, pendant laquelle quelqu’un… m’a filmé. Vous observerez que je touche à peine la cible. Dites vous bien que j’ai pourtant pas mal galéré pour arriver à ce stade. Donc on ne se moque pas ou je vous fait subir une vidéo de mes talents à allumer un feu.


Quelques bases :

Xavier (le prof ) nous a proposé une formation d’une journée autours des points suivants :

Familiarisation avec le couteau de lancer :

Même si Xavier pourrait vous donner beaucoup plus d’informations sur le sujet, j’ai retenu les éléments suivants sur la taille et le choix d’un couteau de lancer pour commencer :

(INSCRIPTIONRappel rapide : Je propose régulièrement des articles Bushcraft, Matos et self defense. Si tu es intéressé, inscris-toi maintenant en CLIQUANT ICI.)
--
  • Un vrai couteau de lancer : Ces couteaux sont plus costauds que la moyenne, ils résisteront mieux au choc et vous permettront de pratiquer sans casse (oui, un couteau ça casse)
  • Un gros couteau : En terme d’efficacité au combat, un bon couteau de lancer devra être gros : plus sa taille est importante, plus sa rotation dans l’air est longue et donc plus vous pouvez tirer loin. De la même manière, la rotation est longue et donc vous avez plus de marge de manœuvre pour le planter : la lame ne se plante que si il touche la cible sous un certain angle.
    Enfin, même si on a du mal à planter le couteau, dans un combat réel vous avez toujours une chance de remporter la victoire par KO (bon, là c’est mon interprétation personnelle mais je n’aimerais pas me prendre un de ces trucs dans la face, même par le manche)
  • Un couteau qui a la forme approximative d’un couteau de cuisine, ou pas trop loin. Si vous avez un jour besoin de lancer un couteau, vous prendrez ce qui vous tombe sous la main. Au moins si vous avez de l’entraînement avec ce type de forme, vous aurez de quoi faire.
  • Un acier résistant : si le couteau vibre à chaque choc contre une cible en bois, il finira par se casser bien plus vite.

La technique du lancer de couteau :

Pour lancer votre couteau, vous devez viser votre cible en procédant de telle manière que la lame touche en premier. Dans l’idéal la lame touche selon un certain angle d’attaque très précis, qui lui permet de se planter.

Trajectoire du couteau

Trajectoire du couteau [source

Pour trouver cet angle, avec chaque nouvelle arme vous devrez lancer doucement votre projectile, assez doucement pour pouvoir observer sa rotation dans l’air et la manière dont elle touche la cible. Une fois que vous aurez observé l’angle du couteau à l’impact, il ne vous restera plus qu’à corriger votre distance.

La prise en main est essentielle : dans notre cas nous avons pris le couteau par la lame, et pas seulement du bout des doigts (rappelez vous, l’engin est lourd).

Prise en main du couteau

Source image : lancercouteaux.info

Même si je ne crois pas que ce soit obligatoire, un mouvement autours de la tête juste avant le lancer nous a permis de nous familiariser avec le poids et la prise en main à chaque fois.

Dans un premier temps, nous gardions toujours le même modèle d’arme : il faut du temps pour s’adapter et à chaque changement la distance de tir peu changer.

Précautions :

Voici quelques observations personnelles, il n’y a rien d’exhaustif :

Mal lancé contre une cible un peu solide, un couteau peu vous rebondir sur le pied.
Quand l’arbre que je visais m’a renvoyé mon projectile en direction du genou, j’ai eu de la chance de pouvoir l’éviter. Certains diront qu’après tout la nature ne faisait que se défendre. D’autres observeront que tirer de toutes ses forces en espérant planter le manche, ça relève de la bêtise.

Précautions de tir : Surveillez toujours qu’il n’y a personne  proximité de la cible ou derrière. J’ai pu observer que ce principe, pourtant très simple, n’était pas appliqué par tout le monde pendant le stage.

Le stage par Sanctuaire combattant :

Vous pouvez retrouver l’école en cliquant ici ou le contacter Xavier par mail : sdc50@hotmail.fr

Les plus :

  • Des cours sur des domaines très difficile à trouver.
  • Un professeur passionné par son sujet
  • Une progression rapide dans la journée : vous n’arriverez sans doute pas au même résultat en apprenant par vous même
    (même si il me resterait pas mal de travail en solo pour en arriver à un bon niveau)

Les moins :

(Il est probable que ces points négatifs disparaissent au cours des prochains stages, puisque Xavier semblait ouvert aux suggestions)

  • La partie théorique aurait pu être rassemblée en début de cours
  • Nous n’avions pas de cible. L’entraînement sur des arbres leur a quand même coûté leur écorce, dommage.

Pour aller plus loin :

Vidéo détaillée :

Quelques liens :

IMPORTANT !!!
En ce moment, les articles sont publiés sans programmation.
Pour ne pas louper le prochain sujet "bushcraft", self défense ou survie
je te suggère de t'inscrire immédiatement :

Qui sait, ma newsletter te sauvera peut-être la vie ;-)

_____________