SURVIVRE face à un OURS : il n’y a pas que la courgette

La semaine dernière j’ai diffusé sur facebook un lien qui décrivait comment une américaine a chassé un ours à coups de courgette, ce qui valide une intuition personnelle qui me soufflait que l’ours n’aime pas trop les légumes, mais là n’est pas la question.  L’article a rencontré un certain succès, et je me propose de détailler ici comment survivre si un ours vous attaque (si ce type d’articles vous plaît, ou si vous aimez ce site, inscrivez-vous immédiatement sur la page facebook de guide de survie).

Tous les ans, des campeurs meurent suite aux attaques d’ours sauvages qu’ils ont eu le malheur de croiser en forêt. Bien heureusement, certaines personnes ont développé des techniques pour faire face à ce prédateur mortel, qui mesure parfois 2m de haut, grimpe aux arbres et peut courir jusqu’à 50 km/h. La fuite et le combat sont des options à éviter, et je vous recommande de ne pas faire de conclusions hâtives à la lecture du site de la diplomatie Française qui semble à première vue recommander de faire le moins de bruit possible. Les guides canadiens (télécharger le pdf) sont plus complets sur le sujet.

Les conseils des spécialistes :

L’ours est rarement agressif vis à vis de l’homme et tentera plutôt s’écarter de votre chemin. Sachez que vous avez plus de chances de vous faire frapper par un éclair que de vous faire attaquer par un ours. Evitez cependant :

  • de le surprendre : faites du bruit en marchant, parlez avec vos proches, tapez dans vos mains, chantez ou sifflez… surtout dans les secteurs à faible visibilité où il pourrait ne pas vous avoir vu approcher. Evitez les secteurs identifiés comme dangereux et baladez vous en groupes.
  • de parcourir son territoire : soyez sur vos gardes si vous croisez des empreintes ou des marques de griffes sur les troncs d’arbres, des rochers déplacés, etc …
  • de l’habituer à l’homme : vous ne devez pas le nourrir ou laisser des odeurs de nourriture autours de vous ou sur vous. Il perdrait son appréhension naturelle et pourrait songer à vous attaquer. Jetez par exemple vos déchets alimentaires biodégradables dans la rivière.
  • de l’agresser : gardez votre chien en laisse pour éviter qu’il n’attaque. Ne vous approchez pas, surtout si vous croisez des petits, et même si ils sont mignons (la mère n’est pas loin, elle est dangereuse et nettement moins mignonne).

Et maintenant, les conseils en cas de confrontation :

  • Gardez votre calme et restez groupés.
  • Évitez de l’énerver : Aucun rapport ne mentionne l’alternative qui consiste à se glisser derrière l’ours et à crier « bouh ». Sans doute parce que personnes n’est revenu en vie pour s’en vanter.
  • Si vous voyez l’ours en premier, dirigez-vous immédiatement, discrètement et sans gestes brusques dans la direction opposée. Ne lui tournez pas le dos et continuez à le surveiller.
  • Si l’ours vous a vu, évitez de le regarder dans les yeux. Marchez en reculant, lentement, tout en lui parlant d’une voix douce.
  • Faite votre possible pour que l’ours puisse s’écarter de votre chemin facilement. Ne le laissez pas acculé dans un coin, il attaquerait.
  • S’il vous charge, tenez vous droit et ne fuyez pas. Vous avez plus de chances de le voir s’arrêter dans sa course que de le distancer au 100m. Sérieusement.

En cas d’attaque :

  • Repliez vous en position fœtale face contre terre et faite le mort tout en protégeant votre tête avec vos bras. Restez immobile jusqu’à ce que l’ours se lasse et attendez son départ, gardez patience. Attention, cette option n’est pas recommandée avec l’ours noir d’Amérique du Nord ou si l’attaque dure plus de 2 minutes. Si c’est le cas l’ours vous considère comme une proie, défendez vous.
  • Certains experts recommandent plutôt de se battre avec tout ce qui vous tombe sous la main : bâton, courgette ou bras d’un ami déjà dévoré. Criez et visez le nez !
  • Équipez-vous d’une bombe au poivre, en particulier le modèle vendu au Canada spécialement pour repousser les ours. Renseignez-vous bien sur son utilisation : le stress pourrait vous faire paniquer le moment venu et il serait trop bête de vous envoyer du gaz poivré au visage sous les yeux d’un ours hilare.

Une vidéo en Anglais :

Parce qu’elle est complète, humoristique et excessivement bien faite, voici une vidéo détaillée qui pourrait vous aider, surtout si vous parlez anglais :

La version des publicitaires :

Si vous envisagez cette méthode, pouvez-vous au préalable signer un testament à mon nom ? Je vous en serais éternellement reconnaissant. Merci.

sources : buvette des alpages, howcast, image Tambaco The Jaguar,
le top 100 des dangers que vous pouvez rencontrer (Anna Claybourne),

Reconnaître un tueur en série en 10 leçons

identifier un serial killerReconnaître un tueur en série, c’est pourtant simple. A la télévision, c’est toujours celui qui se comporte de manière un peu trop gentille. Et dans la vrai vie ? Dans la vrai vie, identifier un serial killer chez son voisin est un peu plus difficile. Heureusement que ce site existe, pour vous donner quelques astuces qui vous aideront à confondre ce psychopathe-près-de-chez-vous en quelques heures ce Week-End. Et si vraiment il ne correspond pas, amusez-vous à calculer votre propre niveau de probabilité d’être un tueur en série (pour moi, 46%) !

Identifier un tueur en série

Traduction (rapide) en Français :

  1. Plus de 65% sont fascinés par le feu et la pyromanie (je corresponds),
  2. dès leur plus jeune age, plus de 60% sont intéressés par le voyeurisme, le fétichisme, et la pornographie sadomasochiste (j’avoue),
  3. plus de 70% ont étés impliqués dans des activités sadiques sur de petits animaux, dont 60% des petits animaux sont des chats,
  4. plus de la moitié ont fait au moins une tentatives de suicide (est ce que la tentative de suicide au nutella à 13 ans pour cause d’échec amoureux compte ?),
  5. plus de la moitié possèdent un QI brillant à très brillant (difficile de convaincre le lecteur assidu de ce blog que je pourrais éventuellement correspondre)
  6. dans leur enfance, plus de la moitié ont étés abusés psychologiquement, physiquement et/ou sexuellement par un membre de leur famille,
  7. plus de 60% ont mouillé leurs draps après l’âge de 12 ans,
  8. plus de la moitié viennent de familles ayant des antécédents psychiatriques, criminels ou alcooliques,
  9. plus de la moitié sont des mâles blanc célibataires (j’ai les 2/3),
  10. plus de la moitié viennent de familles religieuses et politiquement conservatives.

sources : peu crédibles – image : MedoRRa

Lire dans les pensées : Exercices sur les microexpression

Lire dans les pensées, microexpressionsPour les plus pressés, consultez directement un exercice pratique ci-dessous.
Certaines théories sur l’évolution de l’homme partent du principe qu’il y a bien longtemps que notre intellect est suffisamment développé pour permettre à l’espèce humaine d’échapper à ses prédateurs naturels. Selon ces théories pourtant, notre cerveau continue à progresser car seuls les plus malins sont aptes à survivre et se reproduire. Quel est donc l’ennemi qui disqualifie les moins intelligents ? L’Homme, tout simplement : Notre principal ennemi, notre plus dangereux prédateur et l’adversaire naturel qu’il faut battre pour espérer trouver un jour un(e) partenaire et répandre nos gènes, c’est notre congénère. En codifiant un maximum notre civilisation, en la rendant plus difficile à appréhender, nous pratiquons en permanence une sélection par l’intellect et les capacités sociales de l’individu.

Dans ce terrible contexte, l’un des super-pouvoirs les plus utile serait, je n’en doute pas, de lire dans les pensées. Un sondage rapide de mon entourage proche s’accorde d’ailleurs sur ce point, même si le second pouvoir le plus intéressant serait peut-être de faire apparaître des cookies à volonté, ce qui décrédibilise malheureusement beaucoup mon développement.

Mais comment faire pour obtenir ce don ou quelque chose d’approchant ? Notez ici que je ne parle pas de faire apparaître des cookies (si c’est celui qui vous intéresse je vous recommande fortement ce site ), mais du talent de mieux comprendre ses contemporains. Si la plupart de ceux qui prétendent lire dans les pensées ne sont que des charlatans de bas étage, certains mentalistes obtiennent des résultats spectaculaires dans le domaine et impressionnent même les plus sceptiques. Dans le cadre du futur programme d’entrainement « Devenez un super héros en 3 semaines (ou 3 heures, ou 30 ans) », nous souhaitons vous montrer comment vous élever progressivement bien au dessus du niveau du simple arnaqueur. Avec notre programme, vous serez bientôt capable de lire dans les esprits (ou presque ;) ).

Exercice :

Connaissez-vous la théorie des micro-expressions ? Selon elle, il est très difficile de cacher ses émotions réelles, qui apparaissent toujours sur le visage à un moment ou a un autre, même de manière imperceptible. Ce sont ces microexpressions qui vous aideront à savoir si une personne bluffe ou si elle vous ment. Un certain entrainement est nécessaire pour mieux les détecter, voici donc un petit test pour commencer à travailler vos futurs superpouvoirs :

Cliquez sur un numéro, observez l’image puis indiquez quel sentiment vous avez distingué :

sad = tristesse ; angry = colère ; surprise ; fear = peur ; disgust = dégoût ; contempt = mépris ; happy = joie

Basé sur le test développé par Paul Ekman, PH.D., professeur de psychologie de l’Université de Californie, Ecole Médicale de San Francisco

source : cio.com. Image : Stuck in Customs

<iframe src="http://www.cio.com/js/flash/facial-expressions-test/player.html"
height="520" width="680" scrolling="no" frameborder="0"></iframe>

Etre un super héros : Savoir si votre adversaire BLUFFE

Bluff et techniques de bluff, comment le détecterBonjour lecteur. Dans votre vie de super héros, vous savez désormais déjouer les attaques du requin tueur, échapper à la mort dans un accident d’avion et déjouer les décès inutiles ou ridicules qui jalonnent la vie des individus normaux. Mais il y a un savoir-faire que vous devez acquérir au plus vite si vous voulez survivre dans votre quête : celui de détecter le bluff chez votre adversaire. Vous croyez qu’il est simple de bluffer Superman, Batman ou Chuck Noris ? Non, car avant d’être des surhommes, ils sont avant tout des mecs à qui on ne la fait pas.

Votre adversaire est-il prêt à en venir aux mains ?

Vous trouverez dans ce paragraphe quelques éléments qui permettent de distinguer si un adversaire a peur et qu’il bluffe ou qu’il est immédiatement prêt à frapper (ou tuer). Mais avant de vous les donner, retenez bien qu’un individu effrayé et acculé frappera peut être de manière surprenante et dévastatrice avant de tenter de s’enfuir. Ne cherchez pas le combat.

Votre adversaire bluffe si :

  • Il garde les points fermés le long du corps,
  • ses pupilles s’agrandissent,
  • son visage devient plus rouge,
  • sa voix change et passe à l’aigu.

Votre adversaire est prêt au combat si :

  • Ses mains sont ouvertes et prêtes à frapper,
  • il tient sa tête rentrée dans ses épaules et baisse son centre de gravité
  • ses pupilles s’étrécissent

Vous devez bluffer face à votre adversaire ?

Voici 5 techniques que les joueurs de poker peuvent vous apprendre :

  • L’erreur du débutant, c’est de bluffer dans une situation où il est presque impossible de gagner, en imaginant que la situation « quitte ou double » tournera à son avantage. Il existe des situations où il vaut mieux anticiper la défaite et limiter les dégâts.
  • Préparez votre bluff : Vous devez connaitre votre histoire par coeur, savoir comment jouer et optimiser vos chances de convaincre votre opposant en lui laissant des indices de ce que vous avancez très tôt dans la partie.
  • Vos yeux sont très expressifs, masquez-les éventuellement avec des lunettes de soleil. Une casquette bien utilisée couvre également une bonne partie de votre visage, empêchant de lire tout indice dans vos expressions.
  • Pour certains, il est difficile de mentir sans se faire pincer, et votre langage corporel vous trahirait peut être. Occupez donc votre corps à une tache précise (faire la vaisselle, porter une charge…), ou arrangez-vous pour que votre adversaire ne puisse pas vous étudier trop attentivement si la situation le permet (contactez le via le téléphone par exemple).
  • Vous ne disposez pas d’artifices pour camoufler vos émotions ? Sachez que le « léger sourire » est la meilleur « poker face » au monde : c’est statistiquement celles que les meilleurs joueurs ont le plus de mal à interpréter. Dans la rue, tentez un sourire simple mais plutôt sympathique, que vous aurez pris soin de tester devant le miroir.

Sources : image Adriano Agulló – Documentation : Protegor

Bombe lacrymogène, pourquoi un stylo ?

Le choix du stylo lacrymogèneSi vous souhaitez acheter une bombe lacrymo dans les jours à venir, je vous recommande en particulier ce format bien précis, qui fait d’ailleurs un tabac chez les serveuses et les VRP : La bombe lacrymogène en forme de stylo. Et voici pourquoi :

Avantages

Après de longues recherches, j’ai pu trouver le modèle qui me correspond le plus, et qui pourrait correspondre également à la majeure partie de ceux qui veulent compléter leur « kit de survie urbain » (ou EDC pour Every Day Carry en Anglais). La consultation de différentes boutiques, du livre PROTEGOR et de certains forums m’ont permis d’identifier ces avantages clefs :

  • Petite taille, facile à transporter
  • Format discret, qui n’agresse pas
  • Bombe au poivre (en spray) facile à utiliser dans les lieux fermés pour ralentir un poursuivant ou en plein air sans trop viser (le stress peut causer de faux mouvement, et attention au sens du vent s’il est fort)
  • Une durée de vie garantie de 3 ans (là où beaucoup de sprays ne sont garantis que sur 1 an)
  • le meilleur pour la fin ? Un coût dérisoire car il ne convient que pour une seule utilisation. Si vous vous faites agresser plus de 3 fois par mois, ce modèle ne sera pas rentable pour vous ;-)

Voilà, je ne propose pas un test car je ne pense pas avoir besoin de m’en servir prochainement, mais si parmi mes proches certains petits malins critiquent mon professionnalisme, insistent et se proposent comme cobayes, je suis à leur service.

Vous pouvez vous la procurer un peu partout pour environ 12 €, par exemple ici. Certains auraient pu trouver le modèle un peu féminin, mais les concepteurs se sont rattrapés et le packaging (toujours faire confiance au packaging) sous entendrait que le très viril James Bond utilise le même. Les petits malins.

PS : Découvrez en commentaire l’avis d’un lecteur bien documenté qui considère que cette bombe est une fausse bonne idée. Je reste sur ma décision à titre personnel, mais ses arguments pourraient intéresser ceux qui s’intéressent à la question.

Violence, sexualité, porno et polygamie

Edit : Il apparait que tous les arguments présentés ici pourraient être associés au monde musulman et à l’Islam, ce qui n’est pas intentionnel de ma part. Mon développement est le suivant : Un univers où certains ont accès au sexe et d’autre pas génère agressivité et violence. En Californie du sud, le délinquant machiste pour qui le sexe est une quantité rare sera très probablement Catholique.

Violence, sexualité, porno et polygamie. Si avec un titre comme ça mon audience ne crève pas le plafond, c’est que je n’ai rien compris à l’espèce humaine. Voici pourquoi je pense que la violence est causée en grande partie par le sexe et par le fait que de nombreux hommes n’y ont pas accès dans nos sociétés hypersexuées. Désolé si parfois mes mots sortent de l’autoroute du politiquement correct, même si ce que je vais écrire ne devrait pas choquer grand monde. Déjà, le développement est un peu plus complexe que d’habitude et il n’accrochera ni les impatients, ni les moins futés. ;-)

Le sexe est quelque chose de précieux, définitivement. Et bien sûr il est courant de lutter pour ce qui est précieux. Dans un monde déjà pas si idéal que ça, lutter pour avoir du sexe pourrait être synonyme de maquillage pour les filles et de statut social pour les hommes. Sans parler du combat éternel de l’occidental moyen pour garder la ligne ( :-( ). Mais il y a pire…

En France, l’univers n’est pas aussi simple pour tout le monde. En France pour certains mal lotis, une fille bien ne doit pas coucher avant le mariage. Et si la fille ne couche pas, l’homme le vrai (le seul qui compte dans cet espace : l’homme hétéro et macho) ne couche pas plus de son côté, même si il prétend le contraire. Oublions celui qui utilisera la violence ou l’argent pour avoir les faveurs d’une fille. Alors le sexe n’est plus précieux, il devient rare, très rare. Et dangereux pour l’honneur de celles qui y sont mêlées et leurs familles.

C’est là que le bas blesse. La nature programme chaque espèce pour la reproduction, et aux yeux de l’espèce un individu qui n’a pas d’espoir de se reproduire pourrait aussi bien être déjà mort. Pour cette raison, un homme ou un adolescent qui n’a aucune chance de se reproduire aura (statistiquement parlant) une plus forte tendance aux actes désespérés ou à la violence, dans l’espoir de changer son destin. Les attentats suicides sont d’ailleurs souvent commis par des hommes jeunes, mais rarement par des individus épanouis sexuellement.

Certaines hypothèses dont je ne retrouve pas les sources mais lues sur le web (et si c’est lu sur le web, c’est forcément vrai) expliquent que la polygamie a bien été abolie par des hommes, dans l’intérêt des hommes : A population égale, si un homme a droit à 10 femmes alors 9 hommes se retrouvent seuls, et certains deviennent potentiellement plus agressifs pour augmenter leurs chances de « gagner une femelle ». S’ensuit une société plus violente, plus dangereuse et plus mortelle.

Alors si l’on applique ces hypothèses aux banlieues, on se retrouverait rapidement avec des hordes de quasi-puceaux déchainés à la testostérone dont l’unique objectif est de paraitre plus viril que les autres. On en arriverait au point où si l’une de ses soeur avait des relations sexuelles, cela signifierait métaphoriquement que le puceau en question est incapable de maitriser les femelles de son entourage, ruinant ses chances d’avoir accès au sexe avant longtemps.


Question, que peut faire un mec de banlieue face à cette situation ?
Rien, si ce n’est fuir. Car s’il veut avoir l’occasion de baiser un jour, il devra se montrer plus viril et violent que les autres, se faire respecter et se mettre en avant comme un « protecteur » potentiel pour une femme. Il devra sans doute afficher des moyens auxquels il n’a pas accès pour se valoriser auprès de ses hypothétiques partenaires sexuelles. Et à ce jeu là il n’y a que peu d’élus, c’est une partie où beaucoup passent par la case prison sans toucher 20 000 €.

Donc voilà. De mon côté je fuis les banlieues comme la peste, et si j’étais célibataire je partirais à la recherche d’une communauté hippie. Je vous dit ça, amis puceaux agressifs qui lisent éventuellement cet article, parce que les hippies baisent, eux.

Image : p a p i l l o n sur flickr

PS : J’ai oublié de placer le porno dans mon développement. Dommage car il apportait des statistiques intéressantes et surprenantes sur l’attitude du mâle en milieu hyper sexué. Je suis un immonde enfoiré et je vous laisse sur votre faim, c’est comme ça. :-)